En
cours

Alternatiba Rosny

Avec Notre Affaire à Tous, le collectif Alternatiba Rosny, s’oppose à l'agrandissement du centre commercial Rosny 2. Racheté par le groupe Westfield, il fait aujourd’hui l’objet de quatre permis de construire afin d’augmenter la surface du centre commercial en ajoutant notamment une zone de restauration, un drive pour un magasin Carrefour, un parking silo et un immeuble de bureaux. Le collectif se bat contre un système archaïque du toujours plus grand et toujours plus consommer. Le 93 est à la fois le département le plus pauvre de France, celui qui a le plus de centres commerciaux en France et un de ceux avec le moins d’espaces verts par habitant.

Si la création de centres commerciaux avait un réel impact sur l’emploi et la richesse locale,

le territoire en aurait d’ores et déjà bénéficié.

PAROLE
DU COLLECTIF

Témoignage de Nicolas Perguet et Olivier Patté, membres du collectif

Pour nous, ce projet est contraire à un certain nombre d’évolutions de la ville que nous souhaitions, la reverduration, la préservation de la biodiversité, la limitation des puits de chaleur, nous sommes dans une zone qui est particulièrement chaude et finalement bâtir à cet endroit-là c’est renoncer à la possibilité de faire des choses plus vertes, qui captent la chaleur, qui permettent d’éviter les inondations. Tout ça s’oppose donc à notre vision de l’avenir et à ce que nous portons. 

 

A Rosny, on sera aux premières loges de la pollution, de la chaleur, de la qualité de l’air défectueuse. Malheureusement, si l’A3 et l’A86 sont bouchées, Rosny-sous-Bois ne sera pas seule à subir ce type de dommages. Les impacts sont territoriaux et bien plus larges qu’il n’y paraît et que la consultation autour du projet le laisse penser. 

 

Le centre commercial a été pensé et conçu aux alentours de 2015. Depuis on est passé par les grandes manifestations pour le climat, les gilets jaunes, la crise du Covid. Dans ce contexte, on pourrait se dire qu’il faut réfléchir différemment et pourtant ce projet demeure inscrit dans les mêmes paradigmes. Si on ose poser la question de la justesse du projet, on se rend compte qu’on n’a pas de cadre, on nous dit qu’il n’y a pas le choix, que le projet est acté et qu’il se fera tel qu’il a été prévu.

 

Je n’ai pas de réponse définie et actée à la question de l’alternative, mais si on ne se met pas autour d’une table pour en parler, si on ne co-construit pas, on aura pas de réponse. Pour aborder cette consultation il est essentiel de remettre à plat le projet actuel. C’est aussi pour ça que nous avons emprunté la voie juridique. 

 

On est arrivé très progressivement à la lutte juridique. Quand on a eu vent de l’enquête publique, on s’est dit qu’il fallait informer, en parler, on a lancé une pétition puis on l’a déposé au dossier d’enquête publique. Nicolas a mis le projet sur la carte de Reporterre et on a rencontré Notre Affaire à Tous pour aborder l’idée d’un recours. On a d’abord déposé un recours gracieux puis un recours contentieux et récemment un mémoire en réplique. On avance progressivement et à chaque étape du dossier, on a l’impression d’être plus précis et informés, de découvrir des choses.

 

Récemment nous avons eu une date d’audience, finalement reportée, nous espérons avant tout que le juge nous reconnaîtra “intérêt à agir”. Car si un collectif citoyen comme le nôtre ne peut porter sa voix contre un projet de cette ampleur, qui le peut ?

COMMENT LES AIDER ?

Alternatiba Rosny 2

H BKtitre-1.jpg

Le collectif "Alternatiba Rosny" s’oppose à l'agrandissement du centre commercial Rosny 2. Racheté par le groupe Westfield, Rosny 2 a aujourd’hui un permis de construire afin d’augmenter la surface du centre commercial en ajoutant une zone de restauration, un drive, un parking silo et un immeuble de bureaux. Le collectif se bat contre un système du toujours plus grand et toujours plus consommer. A l'échelle française, la Seine-Saint-Denis est le département le plus pauvre de métropole, celui qui a le plus de centres commerciaux et un de ceux avec le moins d’espaces verts par habitant.